lundi 5 octobre 2015

 Bonjour à toutes et tous!
 
Ci-dessous un commentaire que j'ai, laissé à propos du loup 
lors d'une consultation publique au mois de juin dernier,
 relative à l'abattage 
des loups. 
 
Bonjour Rochedy Patric,

vous avez déposé un commentaire sur le site des consultations 
publiques du Ministère du Développement durable
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr 
au sujet de la consultation Projet d’arrêté fixant les conditions
 et limites dans lesquelles des dérogations aux interdictions 
de destructionpeuvent être accordées par les préfets concernant 
le loup (Canislupus)
Projet d'arrêté fixant le nombre maximum de spécimens de
loups (Canis lupus) dont la destruction pourra être autorisée pour
la période 2015-2016  

Date et heure du dépôt : le 15/06/2015 à 21:14
Titre de votre commentaire : Non à l'abattage des loups
Votre commentaire :
En tant qu'ancien berger et éleveur à la retraite je m'élève fortement
contre cette politique de destruction d'un animal sous des prétextes
fallacieux.
          Si le loup revient, c'est de sa propre volonté, n'en déplaise
aux syndicat FNSEA et CNJA qui préfèrent détourner la colère des
éleveurs et petits paysans qu'ils ont toujours roulé dans la farine par
une politique dite de progrès au bénéfice des grosses exploitations et
des marchands de matériel, des semenciers pour ne parler que d'eux.

Le loup est là. Il faut s'adapter à cette réalité nouvelle. Il a sa
place dans l'environnement beaucoup plus que ces "exploitants agricoles"
qui jouent avec notre santé (et la leur d'ailleurs)par l'utilisation des
produits phytosanitaires toxiques pour l'environnement.
Le loup est un animal utile pour réguler la faune envahissante et cause de
dégâts tels la destruction des petits arbres par les cervidés.
N'oublions pas que le loup, le renard et les rapaces permettent par exemple
de réduire les populations de rongeurs destructeurs des cultures de façon
significative. Sans parler  des sangliers dont les ravages sont
impressionnants et que le loup, à moyen terme, en s'attaquant aux
marcassins, fait diminuer le nombre extravagant.
     De plus, éleveurs et bergers se sont vus affecter par l'état des
aides afin de s'adapter à cette nouvelle contrainte. Malheureusement, dans
un grand nombre de cas, ces derniers ne les utilisent pas ou mal en ne se
formant pas, croyant tout savoir. 
     Je rencontre régulièrement des bergers qui me disent, en confidence
que le loup leur réapprend leur métier.
Arrêtons de manger de l'agneau de Nouvelle-Zélande ou des Iles
britanniques et achetons local. Il y a suffisamment d'éleveurs qui
seraient ravis de vendre leur production, ainsi que des bouchers de ville
(pas de supermarché qui n'ont aucune prise sur le choix de la viande).

Alors le loup est là, c'est bien et que les pouvoirs publics écoutent la
population et non pas un groupe d'excités exploitants et non plus paysans.


Oui le loup doit rester. Oui nous devons tous changer notre regard sur le
monde. Dans nos comportements quotidiens, devenons plus respectueux du
monde qui nous entoure, animal, végétal minéral et humain. Nous avons
tous à vivre mieux ainsi.
                              Patric Rochedy



Le Ministère du Développement durable

Ceci est un mail automatique suite à votre dépôt de commentaire sur le
site des consultations publiques du Ministère du Développement durable.

photo de Karine Boudart

photo de Karine Boudart
les légendes des plantes