mardi 5 mars 2013

Si vous allez sur le site de la Grande Oreille   www.lagrandeoreille.com    vous trouverez les suites de cet article, cad un conte...
Ou achetez et lisez cette belle revue de conte

Mais puisque vous voulez tout savoir, alors voilà...
          il était une fois...


             Patric Rochedy, parcours d’un conteur, herboriste et paysan.

Patric Rochedy est originaire des Cévennes et de la montagne ardéchoise, d’un village à plus de mille mètres d’altitude, il n’hésite pas à dire que quand il était petit, il est «tombé dans la tisane».

J’ai eu la chance qu’on m’apprenne l’usage de beaucoup de plantes pendant mon enfance. J’avais une vieille tante qui a été longtemps considérée comme une presque sorcière.
Un jour, j’étais déjà adulte et berger, elle m’a téléphoné, elle m’a dit:


Plus tard, il y a des amérindiens qui étaient venus en France par le Bureau International du Travail à Genève.


Les Amérindiens que j’avais rencontrés avaient un local à la Paz, j’allais les voir régulièrement, et je me faisais jeter régulièrement, jusqu’à ce qu’un jour où ils étaient dans leur local à quatre pattes, en train de rassembler des feuilles de journal imprimés à la ronéo, je me suis mis à quatre pattes avec eux pour les aider. Ça me rappelait mes années de fac, quand on faisait des journaux artisanalement au stencil!


C’est ainsi qu’ils m’ont admis dans leur monde et que j’ai pu, quelques mois plus tard, rencontrer un guérisseur.
A mon retour en France, le monde des plantes avait pris de l’importance à mes yeux, je suis devenu producteur, je cultivais de la verveine, de la sarriette et je suis parti distiller.

Je suis allé rencontrer des distillateurs, perdus dans les montagnes.

Un jour je suis aller voir un type: Tu avais l’impression d’un pirate, il lui manquait que le bandeau sur l’œil. 

J’ai bossé 6 mois avec lui, à lui amener des plantes qu’il avait jamais essayé de distiller. Il avait envie de savoir, il m’a dit que ça l’avait réconcilié avec son boulot. Lui, il m’a nourri, il m’a appris beaucoup de choses par rapport à la distillation. C’est un cadeau, ce Monsieur!

On avait fondé un groupement de producteurs, en bio, bien entendu. On a commencé à bosser avec Pierre Lieutaghi , un ethnobotaniste. J’ai appris que tout est un équilibre et si tu touches une partie de cet équilibre, tu touches au reste.

Arrive alors le conte…
J’habitais dans les Hautes Alpes, dans un petit village à 1200 mètres d’altitude. 
 Patric Rochedy le conteur sur la première page. J’étais mort de rire… Bien sûr, le téléphone à sonné «vous ne voulez pas venir raconter des histoires chez moi?» 

J’ai travaillé pas mal sur la légende de la gentiane, là je suis en train de travailler sur la menthe.

Alors, on arrive tout naturellement aux balades contées, 

Tout ceci m’émerveille, c’est juste de l’émerveillement. On m’a fait des cadeaux merveilleux, et si je peux les transmettre, je le fais. Il n’y a que comme ça que le monde avance, on ne peut pas avancer autrement.

entretien avec Victor Cova Correa (conteur)



photo de Karine Boudart

photo de Karine Boudart
les légendes des plantes